ON EN PARLE !

«En 2015, le Belge s'est déjà fait remarquer sur la scène albigeoise en remportant le prix «Découverte chanson » du festival Pause Guitare. L'artiste en est à son second mini-album. Le premier — «Nos vies nos bordels » — enregistré plus rapidement lui à permis de se faire repérer. Avec «L'horizon des fous », DENIS K signe cinq titres autoproduits qui n'ont rien à envier à des artistes plus aguerris. Il a travaillé avec le réalisateur reconnu Frédéric Lo. Daniel Darc, Alain Chamfort ou encore Cali, à qui il doit sa rencontre avec l'homme, sont passés entre ses mains. DENIS K ne dit pas pour autant qu'il «rentre dans la cour des grands », même s'il reconnaît dans une formule de sa Belgique natale que «ça (l)' a changé quand même fort ». Preuve en est, la qualité est présente, les arrangements tirés au cordeau.»

(La Dépêche du Midi)

 

«DENIS K, auteur-compositeur originaire de Bouillon, vient de publier un nouvel EP. Un mini-album cinq titres qui a tout d’un grand disque. Le constat est sans appel : avec ce disque, le chanteur est passé à la vitesse supérieure. On avait apprécié son premier effort studio, porté par le single « Nos vies, nos bordels ». Mais ici, DENIS K bascule définitivement dans la cour des grands. Dès les premiers accords de « Au temps d’ici », on pense à du Bashung. Tout y est : poésie à fleur de peau, mélodies somptueuses, interprétation tout en subtilité, mélancolie douce… Le disque, il est vrai, a de l’allure. On vous conseille chaudement l’écoute de ce mini-album avec lequel Denis Koener a largement de quoi « voir la vie en bien plus grand ». En beaucoup plus grand…»

(La Meuse)

 

"DENIS K, ce sont de magnifiques textes jouant avec la langue française. Avec nos sens aussi. L’auteur fonctionne au feeling, à l’inspiration et passe beaucoup de temps à fignoler ses compositions (des arrangements guitaristiques qui ne dénaturent aucunement le propos originel). Du genre à aller au bout de ce que lui offrent ses capacités à faire des choses qui ne se ressemblent jamais tout à fait, sinon dans leur expression, dans leur quintessence. Avec, comme leitmotiv, des mélodies envoûtantes et des mots inspirés qu’on implore à fleur de peau, donnant à émouvoir le cœur et l’esprit."

(Sounding Magazine)

 

"En 1976, Charles A. chantait « mes amis, mes amours, mes emmerdes ». Presque quarante ans plus tard, c’est au tour de DENIS K d'évoquer « nos vies, nos bordels ». La connivence restera purement textuelle tant la voix et les arrangements de DENIS K évoquent moins les pionniers que les enfants et les petits-enfants de la variété : Bashung enregistrant un disque avec Girls In Hawaii, Alex Beaupain troquant son piano pour une guitare électrique. Chez Denis (appelons-le Denis), les accords résonnent avec les corps, les notes roulent comme les doigts sur les dos et l’amour est tout sauf un jeu où l’on gagne à tous les cou(p)s."

(Festival FrancoFaune)

 

"DENIS K n’a pas que la gueule charismatique du poète. Il en a les envolées, le timbre frémissant, le registre doux-amer. L’artiste propose un univers feutré, sensuel, avec des accents rock qui n’en finissent pas d’étonner ou d’émouvoir. Si ses mélodies sont envoûtantes, les textes écorchent. Ils suggèrent le vécu, le ressenti, l’influence des spasmes du quotidien. Après un EP remarqué, DENIS K enchaîne les scènes et les surprises. Partout où il se produit, les critiques sont unanimes : l’univers singulier du troubadour mérite d’être souligné. Un artiste qu’il convient de suivre !"

(La SABAM)

 

"Imprégné d’un univers rock, les textes inspirés se mélangent à l’univers romantique et écorché du chanteur. Un artiste à découvrir de toute urgence!"

(Sud Presse)

 

"Une belle découverte à la française. La langue de Baudelaire est promise à un avenir haut en couleurs. Moins triste que Biolay, tout aussi grand."

(Désimposture Magazine)

 

"Silhouette élancée, crinière sombre, l’oeil mélancolique, parfois rêveur... Tout dans l’allure de DENIS K renvoie à la figure du poète maudit véhiculée par l’imaginaire populaire. Une image en parfaite adéquation finalement avec le style doux-amer d’un premier Ep, aux chansons mâtinées de romantisme baudelairien, la noirceur en moins, peut-être. Nous ne pouvons que vous encourager à découvrir cet artiste de talent."

(La Meuse)

 

"Intimiste, poétique et envoûtant."

(L’Avenir du Luxembourg)